“ La RTBF a aussi l’ambition d’être un acteur de la relance économique et particulièrement dans le secteur audiovisuel.”

Photonews

Les réponses de Jean-Paul Philippot, Administrateur général de la RTBF 

Comment voyez-vous le rôle de votre média dans cette période de crise ? Notamment vis-à-vis de vos publics cible ?  

En tant que média de service public de la Fédération Wallonie-Bruxelles, la RTBF se positionne comme le média de tous les publics, dans la richesse de leur diversité. Nos contenus se déclinent en audio, en vidéo, en linéaire ou non linéaire sur nos plateformes ou sur celles de tiers. L’ambition du service public est d’atteindre toutes celles et ceux qui forment notre communauté, de tisser des liens avec elles mais aussi entre elles.  

En toute circonstance, nous devons garantir une information pluraliste et indépendante, assurer la promotion, le développement de la création locale et du patrimoine, et également favoriser la cohésion entre les communautés qui composent la Fédérations Wallonie-Bruxelles.  

Dans le contexte de la pandémie la RTBF est considérée comme une entreprise cruciale, assurant un service essentiel à la population. Dans une Belgique confinée, il est indispensable d’assurer notre mission d’informer de façon indépendante, vérifiée, certifiée et de donner la parole aux experts, aux personnes qui apportent un avis éclairé, mais également aux citoyens pour qu’ils puissent poser leurs questions.  

Quels sont les principaux impacts de la crise sanitaire actuelle sur l’organisation de votre média et son fonctionnement quotidien (techniquement et humainement) ? 

Depuis le 16 mars, la mise en œuvre du Travail à Domicile est généralisée pour toutes les fonctions qui peuvent être exercées à distance. Le système de tournante est préconisé dans les équipes mobilisées sur les sites. La direction Technologies a assuré un support remarquable pour équiper et adapter au mieux les processus habituels pour rendre cela possible. L’équipe des Facilités a renforcé la cadence de nettoyage des studios et lieux où se viennent les équipes et les ont agencés en organisant des flux de circulation ou équipés pour permettre le respect des mesures de sécurité.  

A côtés de celles et ceux qui sont en première ligne dans les hôpitaux, celles et ceux qui assurent le fonctionnement du pays, il y a les journalistes et équipes techniques qui vont sur le terrain, qui informent et qui prennent des risques, limités dans la mesure du possible. Nous leur fournissons du matériel de protection et des moyens techniques pour permettre les interviews à distance. La suppression des émissions en public et réduction des intervenants sur antenne, uniquement pour l’Info et dans le respect des mesures de distanciation sociale s’est mise en place en réponse aux mesures prises par les autorités. 

La RTBF n’a mis personne en chômage économique.  

Les mesures de confinement ont-elles eu des répercussions sur la programmation ? 

Comme pour tout le monde, le confinement a mis à l’arrêt un ensemble de choses et cela se répercute inévitablement sur la programmation. Les tournages des séries sont arrêtés, les émissions qui se construisent à partir de tournage ne peuvent plus se faire ou doivent totalement être réinventées, les rencontres sportives qui n’ont plus lieu … Les équipes ont fait preuve d’inventivité pour assurer la continuité d’antenne, de flexibilité face à une situation jamais connue qui les bouleverse également à titre personnel, et modifie totalement leurs repères au quotidien. 

A côté de l’adaptation de notre programmation en TV et radio, le catalogue de notre plateforme Auvio a été fortement renforcé avec des espaces spécifiques pour choisir selon son humeur et envie :  Info, Séries, Documentaires, Sport, AuvioKids mais aussi Le théâtre s’offre à vous, Découvrez la musique classique en famille … 

Il y a également des regroupements d’émission en radio, pour assurer notre présence mais en assurant un fonctionnement réaliste par rapport aux mesures de sécurité. C’est pour cela que les émissions du matin ont été réinventées en une matinale commune sur La Première, VivaCité en radio et sur La Une en télé. 

Après un mois, avez-vous déjà pu évoluer les conséquences économiques de cette crise ? 

Nous estimons que cette situation générera sur l’ensemble de l’année 2020 une perte de chiffre d’affaires et un impact défavorable sur la structure des coûts. L’impact de la perte de recettes publicitaires pour 2020/2021 est estimée à ce jour de 18 à 27 millions d’euros. Néanmoins, la continuité de l’entreprise n’est pas remise en cause sur base des éléments connus ou estimés au 14 avril 2020. 

Avez-vous pris des initiatives exceptionnelles ? 

Entant que média de service public, notre rôle est bien sûr d’assurer la continuité sur nos antennes mais également de créer, maintenir, renforcer le lien entre  toutes les personnes de la FWB, en agissant comme ambassadeur des solidarités. C’est l’objectif de notre  campagne Pour vous, Avec vous  

Très vite, il nous est apparu qu’il fallait agir pour accompagner les publics isolés et plus fragilisés. Les  appels à l’aide se faisaient de plus en plus nombreux  et les propositions d’entraide étaient là. C’est pourquoi CAP48 et la RTBF ont apporté leur support dans la coordination de l’action mise en place par les pouvoirs publics sur l’aide sociale d’urgence en lançant l’opération « Confinés mais pas seuls » Nous avons renforcé le la plateforme de solidarité de proximité « Impactdays.be »  par l’ouverture d’un numéro gratuit 0800/711.37. Ce call center est complémentaire au dispositif digital et va toucher un public peu familiarisé ou n’ayant pas accès aux plateformes digitales. Les offres et les demandes pourront donc aussi être transmises par téléphone pour être encodées et communiquées aux communes concernées.  

Nous organisons un concours de solidarité visant à récompenser la meilleure vidéo musicale confinée, « Fête du bruit ». Crise sanitaire oblige, internet et les réseaux sociaux regorgent de plus en plus de vidéos mettant en scène le talent musical des citoyens. Parce que le chant et la musique restent un merveilleux moment d’évasion, l’invitation a été lancée pour mettre cette créativité à l’honneur. Tous les genres musicaux sont permis, la prestation est totalement libre : A cappella ou accompagnée d’instruments de musique… Durant toute la durée du concours, il est possible de voter pour la vidéo coup de cœur. Les grands gagnants seront invités à venir interpréter leur titre lors du concert Grand-Place à l’occasion de la Fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles en septembre 2020. 

Et au niveau de la programmation, qu’est-ce qui a changé ? 

Nous avons modifié nos grilles de manière à orienter notre politique éditoriale sur l’information mais également sur la capacité à mettre les belges en contact, à exprimer toutes les actions solidaires. À côtés des rendez-vous d’info, des émissions spécifiques se sont mises en place : par exemple, depuis le 16 mars, tous les jours après le journal télévisé de 19h30 sur La Une, Question en Prime est le rendez-vous d’info interactif de vingt minutes qui apporte des réponses envoyées via le bouton “Alertez-nous” sur rtbf.be/info ? Ou encore sur Tarmac, le média digital tourné vers les jeunes de 15-25 ans, culture urbaine, l’émission Lock down, un Live Stream interactif sur sa chaîne Twitch pour sensibiliser les jeunes sur les dangers du COVID-19, les informer sur les bonnes pratiques et surtout interagir avec eux tout en leur montrant le côté positif de la consigne de “rester chez soi”. Une journaliste de la rédaction est invitée pour co-animer le rendez-vous. 

Mais nous sommes là également pour avoir des moments plus légers, de divertissement. Les équipes ont fait preuve d’une grande agilité pour s’adapter quand il n’a plus été possible de partir en tournage.  

Nous portons une attention particulière aux artistes belges car le secteur culturel dans toutes ses composantes est véritablement impacté par cette crise. Cinéma, littérature, chanson, nous cherchons à les mettre à l’honneur en modifiant nos programmes, pour diffuser des films, des documentaires, des courts métrages belges, mais également (re)voir des pièces de théâtres jouées en Belgique. Notre objectif est de permettre à la communauté artistique de rester connectée avec son public.   

En concertation avec l’Enseignement, nous avons mis sur pied une nouvelle offre éducative à destination des enfants de 6 à 12 ans pour revoir les maths, le français et l’éveil. L’émission “Y’a pas école, on révise !” dure vingt minutes avec trois moments de révision entrecoupés de séquences ludiques et instructives. L’ambition n’est pas de remplacer un cours d’école mais de rappeler des notions élémentaires aux enfants et de les faire travailler dessus en s’amusant.  

Avez-vous constaté des effets sur lepublics de la RTBF et ses besoins ? 

Les audiences ont montré un retour généralisé vers la télévision, ce qui n’est pas étonnant. Les circonstances exceptionnelles ont poussé la plupart d’entre nous à regarder à nouveau la télé à des moments fixes et en famille. La télé et la radio ont démontré leur robustesse en cette période troublée. 

De façon général, on  a noté une forte augmentation de la couverture quotidienne ainsi que du temps passé sur les médias : en TV (+10% en moyenne) en en digital (+21%)  

En TV, la RTBF assume son rôle de média de référence en réunissant chaque jour 52,9% des téléspectateurs du 16 mars au 12 avril, captant 27,9% des parts d’audience. Cela est aussi le résultat d’une belle complémentarité dans notre offre proposée à tous les publics. 

Sur le digital aussi, nous avons rassemblé beaucoup plus d’internautes à travers nos plateformes (+57%) ainsi que ses réseaux sociaux (par ex + 62% sur Facebook), notre média digital TARMac tourné vers un public jeune, totalement digital illustre cela parfaitement (+27% du nombre de Nouveaux Abonnés via YouTube du 16 mars au 12 avril ) 

Nous avons rempli les missions qui nous sont confiées car tant l’Information, que le divertissement et l’Education sont au cœur des contenus les plus visionnés et écoutés via les médias de la RTBF 

Même si la télé a fait des scores jamais inégalés, je vous livre ceux de notre plateforme Auvio qui démontre que pour être connecté au public au sens large, il faut lui proposer un contenu qui l’intéresse et qui soit accessible au moment où il le veut : 

Nombre de visions du 16 mars au 12 avril 

  • L’Info : 5,2 millions de visions en live & replay 
  • Le meilleur de Strip Tease (Sonuma) : 308.000 visions en replay 
  • Les plus grands moments du sport belge 190.000 visions en replay 
  • La sélection Auvio Cinéma 285.000 visions en live & replay 
  • L’offre jeunesse Auvio Kids 107.000 visions en replay 

Comment envisagez-vous la sortie de crise ? 

Nous avons réussi à réinventer nos émissions, et nous allons continuer. Nous avons aussi l’ambition d’être un acteur de la relance économique et particulièrement dans le secteur audiovisuel qui est terriblement touché par cette crise. Nous avons l’intention de prévoir un plan de réinvestissement dans le contenu en fonction de nos moyens, par exemple par la relance des séries, de nouvelles émissions et certainement dans le digital. Cela ne pourra pas se faire seul et ne sera pas illimité mais c’est aussi notre responsabilité. 

   Send article as PDF